SANTÉ ET BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Prévenir et agir pour les agents 
Pour un service public de qualité

L'évolution du travail est telle que la complexité des tâches, leur nombre, la rapidité demandée aux agents dans leur mise en œuvre ont augmenté le stress au travail. Cela va parfois jusqu'à lui faire perdre son sens.
Bien faire son travail est de plus en plus souvent impossible. Et ce qui pèse le plus, c'est de n'avoir pas son mot à dire.
Cette détérioration des conditions de travail, constatée à Brétigny comme ailleurs, n'est pas une fatalité, elle doit être combattue.

Pour la CFDT, tout ce qui concerne la santé des agents et touche aux conditions de travail est toujours prioritaire.
Il est urgent d’agir et de prévenir pour améliorer la qualité de vie au travail.
C’est pourquoi la CFDT s’est engagée dans l’accord relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique d’octobre 2013.
Localement et faute d’avoir obtenues des données sur le sujet (pas de retour fait aux agents sur l’enquête menée de novembre 2016 à novembre 2017), nous nous proposons de vous consulter prochainement.
Sans préjuger des réponses à nos questions, nous pensons qu’il est de la responsabilité de la commune d’assurer la mise en place d’un service de médecine préventive.

Le bien-être au travail, c’est aussi le RESPECT par la hiérarchie du travail et de ceux qui le font.

Pour améliorer dès maintenant les conditions de travail et redonner
du sens au travail des agents par le dialogue social, la CFDT veut :


• construire des conditions de travail de qualité en améliorant l'organisation du travail et son contenu

• donner la parole aux agents grâce à des espaces d'expression sur leur lieu de travail

• agir sur les réorganisations et restructurations en pesant sur les nouveaux aménagements des services et en exigeant la formation des personnels

• agir sur la santé et la sécurité au travail en s'appuyant sur nos membres désignés au CHSCT pour développer des politiques de prévention.

IL FAUT REDONNER LA PAROLE
AUX AGENTS SUR LEUR LIEU DE TRAVAIL

ET VOUS,  OÙ  EN  ÊTES-VOUS ?


Quelques pratiques organisationnelles potentiellement pathogènes (susceptibles de provoquer une maladie) :

 Les pratiques relationnelles :
Elles assoient la relation de pouvoir
Tutoyer sans réciprocité ;
Couper la parole ;
Utiliser un niveau de verbe élevé et menaçant ;
Faire disparaître les savoir-faire sociaux (ni bonjour, ni au revoir, ni merci) ;
Critiquer systématiquement le physique des agents ;
Utiliser des injures publiques, sexistes, racistes ;
Cesser toute communication verbale (post-it, note de service, courriel) ;
Instaurer des entretiens d'évaluation visant à une déstabilisation émotionnelle.

 Les pratiques d'isolement :
Elles entraînent la séparation de l'agent de son collectif de travail ou d'une partie du collectif, de l'autre clan....
Changement des horaires de repas pour séparer des collègues ;
Omission d'information sur les réunions ;
Omission d'invitation aux réunions concernant l'agent ;
Injonction faite aux autres agents de ne plus communiquer avec la personne désignée ;
Affichage de complaisance pour certains, de rigueur excessive pour d'autres, dans la gestion des horaires ou des temps de pause par exemple ;
Répartition de la charge de travail de manière inégalitaire, en qualité et en quantité ;
Stigmatisation publique d'un ou plusieurs agents devant le reste de l'équipe ;
Management de concurrence stratégique.

 Les règles et pratiques disciplinaires :
La surveillance des faits et gestes peut devenir persécutrice ;
Contrôle des communications téléphoniques ;
Contrôle excessif de la durée de pause, des absences ;
Contrôle des conversations avec les collègues ;
Obligation de laisser la porte du bureau ouverte pour être vu.

 Les pratiques punitives :
Elles mettent les agents en situation de justification constante ...
Refus réitéré des demandes de formation de l’agent ;
Incohérence des procédures de notation et d’évaluation jouant sur les tableaux d’avancement d’échelon et de grade ;
Notes de service systématiques ;
Procédure disciplinaire non fondée ;
Affectation autoritaire dans le service ;
Incitation forte à la mutation ;
Heures supplémentaires non validées et non compensées ;
Vacances imposées ou non accordées au dernier moment ...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire